Le papy boom, soit cette vague de départs à la retraite qui doivent avoir lieu d’ici l’année 2025, touche de plein fouet l’Europe. Plus encore : 37% des européens auront plus de 55 ans en 2030. Si à l’heure actuelle, les entreprises font toujours autant preuve de réticente dès lors qu’il est question de recruter des seniors, elles apprécient pourtant la qualité de travail et l’expertises que ces profils apportent.

L’aménagement des fins de carrières, une démarche devenue incontournable

L’accélération de la mue du travail passera également par la gestion des seniors. La fin des départs anticipés est actée dans les entreprises. Ces dernières vont devoir aménager les fins de carrières. Parallèlement, les sociétés qui peinent de façon récurrente à recruter les bons profils se tournent de plus en plus vers les freelances. Souvent apportés par des plates-formes spécialisées, ces profils assurent une part croissante des missions. Ils sont même devenus de quasi-salariés, tant leur présence dans les équipes projets est croissante. Les seniors ne font pas exception à cette règle, devenant même la part dès créateurs d’entreprises à la plus forte croissance. Depuis plusieurs années, nous assistons à la montée en puissance d’un nouveau profil : le silver entrepreneur, soit cet entrepreneur arrivé dans la dernière partie de sa carrière.

infographie silver entrepreneurs

Les employeurs rechignent à recruter un futur salarié senior, pas un freelance senior

Cela peut paraître contradictoire. En réalité, ce nouveau phénomène est logique. Parce que d’une part, le profil même du freelance senior inspire de façon naturelle une confiance aussi bien chez l’entreprise cliente, dans ses équipes et chez ses clients. Réputé plus sérieux, plus discret, moins en proie au stress, le « silver » joue ici son va-tout. Il fait souvent merveille au sein d’équipes plus jeunes. D’autre part, le recrutement d’un freelance n’est pas engageant dans la durée pour l’entreprise. Cette dernière peut ainsi profiter de l’expertise d’un silver sans contrainte. De manière prosaïque, le silver entrepreneur va être en mesure d’apporter une expérience certaine que l’entreprise n’a pas eu a financer. Elle paiera plus cher pour une mission, mais profitera instantanément d’une compétence souvent plus pointue. Le réseau et l’influence d’un silver, construits tout au long d’une carrière, sont également mis à la disposition de l’entreprise cliente, qui pourra dès lors, pour certaines missions, bénéficier plus vite d’un retour sur investissement.

Quand, à la faveur d’une levée de fond récente (janvier 2018), Crème de la Crème opère un changement de business model pour adresser les freelances confirmés, l’entité justifie son choix en évoquant « un marché des seniors freelances en pleine croissance ». D’ailleurs, plusieurs plates-formes sont déjà positionnés sur ce créneau senior, dont Comet.io, Talent  et Findeur. Le recrutement de profils silver va devenir clé pour ces dernières si elles souhaitent répondre à des missions pointues, et surtout plus rémunératrices. Pour autant, ce public n’est pas simple à toucher. Les seniors ayant franchi le cap du freelancing sont en effet beaucoup moins adeptes du remplissage de profils en ligne que leurs jeunes concurrents. Leur démarche naturelle de recherche de mission consiste en une prospection plus classiques par les réseaux économique, les rencontres et la recommandation. Le réseau de connaissances qu’ils ont patiemment bâti durant leur carrière leur facilite la démarche. En d’autres termes, ce n’est pas par hasard si ce profil exclusif est de plus en plus recherché !

Eustache

D’ici quelques semaines, neufdixsept lancera son initiative en direction des silver entrepreneurs. Cette démarche prendra la forme du premier média exclusivement dédié aux silvers qui entreprennent ou qui développent leur entreprise. Dans la foulée, une série d’évènements seront organisés en France. L’initiative vous intéresse ou intéresse votre entreprise? Contactez nous !