En Nouvelle-Zélande, une entreprise a expérimenté avec succès la semaine de quatre jours payés cinq.

Quatre jours payés cinq, et un stress largement diminué ?

L’expérience est rapportée par le New Zealand Herald : l’entreprise néo-zélandaise Perpetual Guardian a mené un test grandeur nature remettant en cause la traditionnelle semaine de cinq jours. Désireuse de renforcer l’équilibre vie professionnelle/vie privée de ses salariés, et donc de mettre l’accent sur une forme de QVT, la firme a expérimenté ce concept, pour tirer des conclusions positives. Pour Andrew Barnes, le fondateur de Perpetual Guardian, le but était clair : permettre à ses employés de faire le focus sur leur job quatre jours, et de passer leur jour « off » à s’occuper d’eux.

Plusieurs mois durant, les 240 employés de Perpetual Guardian ont donc eu l’occasion de travailler quatre jours par semaine, huit heures par jour, en étant payés comme s’ils effectuaient des semaines « complètes ». Afin d’évaluer l’efficacité de l’expérimentation, des membres de la Auckland University of Technology et de la University of Auckland Business School ont été mandatés pour se rendre au sein de l’entreprise, et tirer leurs conclusions.

En découle qu’en novembre 2017, au tout début du test, seul 54% du staff admettait avoir trouvé un bon équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Une fois l’expérience arrivée à son terme, le chiffre aura grimpé de 24%, pour atteindre 78%. Dans la foulée, le niveau de stress des équipes aura chuté de 7%, tandis que les effets de stimulation et d’implication ont tous deux grimpé en flèche. Aussi, le niveau de satisfaction individuelle aura bondi de 5%. La productivité, elle, n’a pas été impactée.

Fier de cette synthèse, la société envisage la possibilité d’implémenter définitivement cette semaine de quatre jours. Convaincu que ce modèle pourrait avoir un impact fort sur la société, Barnes pose la question : « Si vous pouvez avoir des parents qui ont la possibilité de passer plus de temps avec leurs enfants, à quel moment ça peut être négatif ? ».