Un sondage publié par Glassdoor liste les principales attentes des candidats prêts à être recrutés.

Recruteurs et candidats : comment trouver un point d’entente ?

C’est assez rare pour être souligné. Une enquête diligentée par le site d’évaluation des entreprises par leurs employés Glassdoor s’est intéressée non pas aux attentes et demandes des recruteurs, mais plutôt des candidats. Et selon Glassdoor, nombreuses seraient les entreprises à se méprendre sur les espérances des profils qu’ils cherchent à recruter. Selon le sondage, à la question « en quoi pourrait consister une expérience de candidature réussie ? », 58% des profils interrogés (candidats et salariés en poste) ont affirmé attendre d’une entreprise en recherche qu’elle communique de manière claire et régulière avec eux, durant la candidature et le processus d’embauche. Des demandes en réalité plutôt basiques, mais pourtant loin d’être comprises par de nombreux recruteurs.

Pour aller un peu plus loin, voici, selon l’enquête de Glassdoor, les 5 principales attentes côté candidats :

  • 58% attendent de l’entreprise qu’elle communique de manière claire et régulière avec eux, durant la candidature et le processus d’embauche.
  • 53% veulent de la part de la société qu’elle précise clairement ses attentes, de manière à pouvoir se préparer de façon optimale au processus d’embauche.
  • 51% désirent un retour de la part de la société, même s’ils n’ont pas été retenus.
  • 45% souhaitent que les recruteurs détaillent le déroulé des entretiens, en précisant combien de candidats ont été retenus, et le poste des personnes qui les recevront lors des entretiens.
  • 10% ont affirmé vouloir un process simple efficace de candidature sur les sites en ligne.

De l’importance de prendre en compte les attentes des candidats

En marge des attentes, Glassdoor a aussi tenu à évoquer les freins, qui font abandonner les candidats. Voici les 5 limites à ne pas franchir par les recruteurs :

  • 44% placent en facteur décisif le fait qu’un employeur annonce une vague de licenciement.
  • Pour 40% des profils interrogés, un premier contact raté avec le recrutement ou avec un responsable/directeur les pousseraient à abandonner.
  • 35% prennent en compte les critiques négatives relayées par les employés de l’entreprise.
  • 33% voient le fait d’avoir vent d’un scandale en interne, qu’il ait été déclenché par un employé ou par la direction, comme un frein.
  • 32% quitteraient le process de recrutement si l’entreprise visée était cible d’une mauvaise couverture journalistique.

En guise de commentaire à ces chiffres, Julie Coucoules, Global Head of Talent Acquisition chez Glassdoor, rappelle plus que jamais l’importance pour le recrutement de diffuser les bonnes informations : « Les recruteurs ont pour mission de coordonner de multiples entretiens, en plus de s’assurer que chaque candidat reçoive bien les informations nécessaires pour évaluer une opportunité […] Les profils en recherche d’emploi jaugent l’importance d’un programme de rémunération dans sa globalité, paie et bénéfices, c’est absolument essentiel pour évoluer une opportunité de poste. » Et d’ajouter : « La bonne nouvelle, c’est que les 5 grandes frustrations évoquées par les potentiels candidats vis à vis du process de recrutement peuvent être évitées par n’importe quelle entreprise, qu’importe sa taille. Les recruteurs veulent créer un process organisé, profitant d’un retour afin de rendre leur processus d’entretiens plus efficaces et positifs ».

Enfin, Glassdoor, de par les résultats de son enquête, évoque également la durée idéale d’une phase de recrutement. A la question « Quelle est la durée idéale d’un processus d’entrevues ? », 82% des profils à la recherche d’un poste et futurs candidats ont répondu souhaiter qu’un process complet prenne moins d’un mois. Ils sont 40% à accepter d’attendre moins d’une semaine.