La lame de fonds des plates-formes de recrutement de collaborateurs ou freelances n’en finit pas de produire des jeunes pousses. Nous avons rencontré Hélène Antier, cofondatrice d’Oohee.co, la plateforme de mise en relation dédiée aux expatriés et entreprises françaises.

Des missions courtes dans plus de 150 pays

Il fallait y penser, Oohee l’a fait. Confier des missions aux expatriés francophones partout dans le monde, c’est possible. Trouver le bon profil pour réaliser un relevé de prix, tenir un stand, rechercher des distributeurs, contrôler la qualité d’un produit… La plateforme met en relation entreprises françaises et expatriés francophones. De Mexico à Pékin, de Buenos Aires à Sydney, l’éventail des missions, réparties dans 152 pays, est large. Que ce soit dans le cadre d’un voyage d’affaires, d’une prospection, d’un salon professionnel, d’un reporting, Oohee fait appel aux compétences de la communauté d’expatriés francophones pour des missions de quelques heures à quelques jours.

Le principe? D’un côté, le candidat ou Ooheer crée gratuitement son profil en précisant : sa localisation, ses compétences, son parcours professionnel, ses centres d’intérêt et le type de mission qui l’intéresse. Une fois inscrit, il a alors la possibilité de recevoir des opportunités de missions courtes et ponctuelles, transmises par l’équipe d’ Oohee.

De l’autre côté, l’entreprise dépose sa demande de mission avec le détail de celle-ci : objectifs, enjeux, lieu, durée, rétribution. Les algorithmes d’ Oohee font ensuite le reste en sélectionnant les profils les plus adaptés à la demande. Quand une demande de mission correspond au profil d’un Ooheer, l’équipe le contacte directement par mail ou téléphone. Libre ensuite au candidat et à l’entreprise de faire affaire pour une mission. Le Top 10 des pays : Etats-Unis, Canada, Espagne, Allemagne, Italie, Chine, Royaume-Uni, Mexique, Brésil et Pays-Bas.

Des profils francophones qualifiés et connaissant bien le terrain

L’intérêt pour l’entreprise de faire appel à un Ooheer ? La communauté Oohee est francophone, qualifiée, déjà sur place. Elle connaît le terrain, la langue, la culture, les codes du pays, le réseau. Le dépôt de la demande sur la plateforme et la sélection de profils sont gratuits et sans engagement. Oohee se rémunère grâce au prix du service, fixé entre 20 et 30 % HT du coût global du projet.

« Afin de pouvoir travailler sur une mission Oohee, il est primordial de valider que l’expatrié ait bien un titre de séjour lui permettant d’avoir une activité ponctuelle dans le pays concerné, précise Hélène Antier. Qu’il soit indépendant ou non, le Ooheer bénéficie de la sécurisation des missions et de son paiement via notre partenaire SAGE SA, spécialiste des missions à l’international. Le Ooheer bénéficie alors d’une assurance RC Professionnelle et d’une couverture rapatriement/santé en cas d’accident. Notre partenaire retient 10% de la rétribution des expatriés. »

Oohee

Lancée officiellement en mars 2018 après une phase de pré-lancement de six mois, la plateforme de mise en relation est le fruit du travail de quatre associés cofondateurs. A la barre : Hélène Antier, Etienne Poirot-Bourdain, Albéric Etienne et Kamardine Bacar. 

Et comment est née l’aventure? « Sur une idée d’Etienne Poirot-Bourdain, raconte Hélène Antier. Après une expérience internationale de 15 ans dans le secteur maritime et pétrolier, puis 22 ans comme co-dirigeant d’un cabinet de conseil RH, il en avait de l’expérience. Et surtout, Etienne n’était pas prêt de s’arrêter. Ayant participé au développement de solides réseaux de dirigeants, il perçoit la réalité des 400 000 entreprises françaises qui cherchent à se développer à l’international. Il identifie alors les freins pour ces entreprises pleines d’ambitions : l’éloignement, le manque de contacts, la méconnaissance des codes culturels… Il observe aussi la situation des francophones expatriés ou de passage à l’étranger ayant les compétences, la disponibilité et l’envie de réaliser des missions sur place.»

Objectif: 30 000 inscrits fin 2019

Ce drôle de nom, Oohee, onomatopée fun et sympa, illustre bien le concept. « Une entreprise française lance un appel parce qu’elle a un besoin à l’étranger : Ooheeeee ! Avec Oohee, à l’autre bout du monde, il y a une pépite pour répondre à ce besoin « Je suis là ! ». On aime parce que c’est un mot spontané, positif, friendly, souvent accompagné d’un signe de la main, il permet aussi de se dire bonjour… »

Aujourd’hui, la plateforme, c’est plus de 10 000 inscrits. Pour 2019, Oohee vise les 30 000 inscrits et prévoit de recruter six personnes.

Après une première levée de fonds en love money de 105 k€ en décembre 2017, Oohee procède actuellement à une deuxième levée sur la plateforme WeDoGood.co.

« La communauté de Français expatriés compte aujourd’hui 2,8 millions de personnes. Les parcours et expériences de ces expatriés sont riches et variés ! Leurs profils sont multi-facettes, atypiques, souligne Hélène Antier… Il faut les valoriser ! Leur point commun, c’est beaucoup d’audace et une ouverture d’esprit formée par les voyages, la capacité à se réinventer… Ils n’attendent qu’une chose : pouvoir partager leurs compétences et connaissances culturelles. »