Interviewé dans le cadre de la première édition des neufdixsept du Future of Work, Mehdi Belarbi, Head of Partnerships chez comet, est revenu sur l’ambition d’une startup à l’appétence européenne.

Une réponse aux difficultés de recrutement dans les secteur tech et data

Fondée en septembre 2016, comet se réclame comme la plate-forme de référence pour mettre en relation freelances tech et data et entreprises aux projets les plus ambitieux. Fier d’un second tour de table de 11 millions d’euros bouclé l’an passé, la jeune pousse ambitionne désormais d’ancrer son positionnement en France, et de prendre d’assaut le marché européen.

Comme nous l’a expliqué Mehdi Belarbi face caméra, comet désire, du fait de son approche singulière, repousser les carcans du freelancing. Plus encore, la firme va conjuguer les avantages du freelancing et du salariat : « nous essayons de reconstituer le filet de sécurité sociale qui a permis l’essor d’une industrialisation du salariat ». Par extension, comet souhaite réitérer la chose, cette fois sur le modèle du freelancing. Conscient que « personne n’a en tête » l’avenir du marché du travail, Mehdi Belarbi rappelle qu’il est toutefois indispensable d’observer les courbes, pour les prolonger : « ce qui se passe aujourd’hui, c’est qu’à côté du salariat qui était la norme, est en train d’apparaître le freelancing, qui est une autre façon de travailler, qui existait certainement déjà mais qui grâce à l’essor d’Internet et des plates-formes permet à de plus en plus de gens de monétiser leurs compétences. Cette façon de travailler devient une alternative très crédible, non pas face au salariat, mais à côté du salariat. » Et demain, tous slasheurs ?

L’interview complète de Mehdi Belarbi est à retrouver ci-dessous. La seconde édition des neufdixsept du Future of Work prendra place le 6 Juin 2019, à Paris. Il y sera à nouveau question de défricher les problématiques engendrées par le futur du travail dans son ensemble. Vous pouvez d’ores et déjà réserver vos places en vue de l’événement.