Le terme de coworking est aujourd’hui sur toutes les lèvres. Au point que de nombreux acteurs de ce secteur ont banni le terme, au profit d’un choix plus différenciant. Pourtant, au moment de mettre en place sa stratégie de visibilité sur Internet (soit dans les grandes lignes, son SEO), le terme coworking revient dans la liste des termes mis en avant pour définir leur activité. Sous ses airs de mot valise, le coworking a de l’avenir : c’est un concept qui répond aux enjeux et aux aspirations du moment, ne serait-ce que parce qu’il traduit le travail collaboratif dans un lieu. Or, les lieux où l’on travaille en mode collaboratif ouvert, c’est à dire avec des personnes qui ne sont pas toujours de sa propre entreprise, se développent à la hauteur de l’envie des nouvelles générations de casser les silos.

A la faveur d’échanges avec Teddy Leclerc, responsable marketing et communication FTEL, l’éditeur rouennais de la solution de gestion d’espace de coworking Cosoft, nous avons fait un état des lieux de la diffusion du coworking dans les entreprises.

Les espaces de coworking se positionnent sur deux échelles qui répondent à deux grandes aspirations. La première étant le bien être de leurs occupants, avec la mise à disposition des services de base du travailleur mobile. Qu’il s’agisse d’une connexion Internet performante, d’un accès aux espaces permanents, d’un aménagement intérieur permettant de choisir en fonction de son travail et de son humeur du jour si l’on s’installe dans un open space, dans la cuisine ou bien dans un endroit au calme pour se concentrer ou passer des appels, etc. Nombreux sont les espaces de coworking qui ajoutent à cela des services de conciergerie qui facilitent la vie ou des équipement de loisir ou même de sport. Le cadre de travail est un point important et sa prise en compte est enfin à l’ordre du jour dans les entreprises. Des espaces de coworking tels que Wellio Paris Montmartre et Cool and Workers l’ont d’ailleurs parfaitement compris. « Nous allons effectivement vers une réhumanisation de l’espace de travail où la ressource humaine est au centre des préoccupations. Le coworking a touché le monde de l’entreprise car l’épanouissement, l’engagement et la productivité augmentent dans cet environnement de travail » évoque Teddy Leclerc. Les espaces de coworking ont, ici, servi de précurseurs.

L’incitation à collaborer

Le niveau de « co-llaboration »potentielle constitue la seconde échelle de positionnement d’un espaces de coworking. Que ce soit pour télétravailler ou bien pour installer sa petite entreprise indépendante, l’espace de coworking a vocation à favoriser les rencontres nouvelles, les collaborations, les découvertes. S’il le fait naturellement par l’organisation ouverte de son aménagement, il va souvent plus loin en incitant aux rencontres. C’est à ce moment que le terme de communauté émerge pour un lieu. Les coworkers peuvent y organiser des animations à destination de la communauté, des moments de travail en collectif, etc.

L’initiative en revient à l’équipe du lieu mais aussi aux coworkers eux-mêmes, qui élargissent ainsi leur réseau professionnel et bénéficient, sans s’en rendre vraiment compte, d’une veille sur les nouvelles tendances, les nouveaux outils (soirées méthodes agiles, afterwork, présentation d’activité des nouveaux coworkers, etc.).

Mais pour collaborer il faut, à minima, se connaître. Des réseaux pourtant géants par leur communauté comme l’américain WeWork ou bien encore le chinois UCommune l’ont bien compris. Ceux deux mastodontes disposent d’outils de collaboration puissants. C’est aussi le positionnement de l’éditeur Cosoft, qui a développé à la faveur d’une collaboration avec NowCoworking un ensemble de fonctionnalités de mise une réseau, et ce dès sa création en 2014 : « Aucune solution sur le marché n’était adaptée à notre modèle économique » indique Pascal Givon fondateur de ce réseau qui compte aujourd’hui quatre espaces de coworking. Et d’ajouter : « Nous avons rencontré la société FTEL, puis rédigé un brief technique pour concevoir un outil de gestion, à la fois capable d’assurer le fonctionnement de l’espace, mais aussi d’animer la communauté dans sa globalité. »

Cosoft est donc né en intégrant nativement un outil de réseau social à part entière, avec la possibilité de visualiser sa communauté, de rechercher des membres, créer/gérer des groupes de discussion, recevoir des notifications, partager des documents, etc.

Le « coworking way of work » pénètre au coeur de l’entreprise

Faciliter la collaboration et les transversalités, faire émerger de nouvelles idées nées de ces rencontres improbables, voilà qui avait de quoi intéresser bien au-delà des espace de coworking. Les entreprises, confrontées à l’enjeu d’innover rapidement, à la nécessité d’attirer les nouvelles générations qui sortent des écoles, mais aussi à devoir s’adapter à plus de mobilité et au télétravail repensent leurs espaces de travail. Teddy Leclerc en est persuadé : « Pour rester attractives et attirer de nouveaux talents, les entreprises devront développer la mixité, générer du bien-être et un climat de confiance entre les collaborateurs (internes et externes aux locaux des entreprises). C’est pour cette raison qu’un nombre croissant d’entre-elles souhaitent développer le coworking dans leurs espaces. Cette tendance est confirmée par une mutation profonde du monde du travail, qui tend vers une dilution des barrières « pro vs perso ». Les différentes formes du Flex Office répondent à certains de ces besoins de souplesse des espaces de travail ». Mais attention : « Si l’émergence du flex office favorise l’autonomie, la créativité, la coopération entre les équipes, cela impose aux entreprises de nouveaux enjeux pour sécuriser les données, partager les ressources et favoriser la mobilité des collaborateurs ».

Le coworking dans l’entreprise ne serait il pas la brique d’agilité tant attendue pour faciliter les collaborations et une certaine ouverte sur son écosystème ? C’est en tout cas le pari fait par Cosoft avec la mue d’un outil de gestion d’espace de coworking qui aujourd’hui se déploie dans des entreprises, des hôtel, des pépinières d’entreprises, etc.

…et demain, il pourrait irriguer la Smart City

Demain, c’est à l’échelle d’un territoire que le coworking pourrait avoir un impact fort. « Le challenge de demain », conclue Teddy Leclerc, « est de savoir, quelle place tiendra le travail dans le futur de nos Smart City, en tenant compte des contraintes environnementales. Le partage et l’optimisation des ressources seront vitales dans un monde de frugalité, vers lequel notre génération se dirige actuellement ».

Cosoft a participé à la seconde édition des neufdixsept du Future of Work, ayant pris place le 6 Juin 2019. L’entreprise a participé à une table ronde sur l’enjeu de diffusion du coworking dans les entreprises.