télétravail iPad

Télétravail : les règles d’or pour un déploiement optimal

Désormais pratiqué par 29% des salariés du privé (un chiffre en hausse de 4 points vis à vis de 2017), le télétravail s’affirme comme une nouvelle forme de travail incontournable. Devenu un droit pour tous les salariés, il cumule des avantages de productivité et de réduction de trajet. Vecteur de Qualité de Vie au Travail, il amène aussi une flexibilité inédite. Réduisant l’absentéisme et le turn-over des effectifs, ce phénomène en plein essor nécessite malgré tout la mise en place d’un nouveau cadre en interne.

Avant tout chose, définir les objectifs

Avant de déployer le télétravail, une première étape de concertation va être nécessaire. Une équipe projet, généralement constituée des Direction, Direction des Ressources Humaines, Direction des services informatiques, etc. pourra débattre des conditions d’éligibilité de ce mode de travail. Combien de jours de télétravail/de présence seront proposés ? Quid du lieu d’exercice du télétravail : l’entreprise va t-elle offrir à ses équipes concernées de rejoindre un lieu de coworking, un tiers-lieu, ou de travailler à domicile ? Quelle va être la durée de l’autorisation du télétravail pour les collaborateurs, avant d’éventuellement devoir la renouveler ? Une réversibilité est-elle au programme ? Et puis, sur le plan pratique, il faudra définir ce que devra apporter le télétravail à l’entreprise. Répondre à une demande forte des équipes ? Renforcer la productivité ? Permettre de revoir à la baisse et de repenser les espaces ? Autant de questions à évoquer en amont pour éviter les mauvaises surprises, et se retrouver dans le cas de ces sociétés ayant dû se résoudre à un désagréable (et coûteux) rétropédalage.

C’est d’ailleurs ce qu’explique la vice-présidente exécutive et responsable des ressources humaines de Citrix, Donna Kimmel, en se reposant sur une initiative diligentée par l’entreprise en 2018 : « Nous avons mené un sondage afin de mieux comprendre la façon dont les entreprises raisonnent vis à vis du travail à distance. Il est apparu que de nombreux cadres embrassent le concept. Plus d’un tiers des cadres que nous avons contacté ont affirmé qu’être en mesure de passer de deux à trois jours par semaine en télétravail enrichirait leur expérience professionnelle. Près de la moitié sont persuadés que permettre aux collaborateurs de travailler à distance afin de leur éviter les transports est le meilleur moyen d’améliorer leur productivité. […] En se penchant plus en détail sur ce sondage, nous avons pu constater l’importance de réfléchir sérieusement à l’aspect technologique des démarches en rapport avec le travail flexible et à distance. 95% des employés pensent que la technologie mise à leur disposition impacte de manière positive leur productivité, tandis que 51% des managers affirment voir une corrélation directe entre la technologie apportée aux employés et leur productivité. Seulement 31% des travailleurs à distance disent qu’il est aisé de maintenir leur niveau de productivité lorsqu’il ne sont pas à leur bureau. […] Lorsqu’il existe un fossé entre votre politique de travail à distance et l’infrastructure que vous mettez en place, vous vous risquez à un fort taux d’insatisfaction de la part des collaborateurs. […] Au lieu d’aider à améliorer la productivité et la fidélisation, vous les sabordez. »

De l’importance de choisir les bons outils

Peu évoquée, un choix judicieux des outils qui accompagneront une démarche de travail à distance est pourtant primordiale. Donna Kimmel rappelle ainsi l’importance de la cohésion entre les équipes : « Les équipes ont besoin de collaborer de façon cohérente, et de fonctionner efficacement qu’importe la distance qui les sépare, tandis que les employés et la direction ont besoin de se sentir connectés, peu importe le lieu où ils travaillent. » Pour faciliter la transition et conserver cette cohérence, la responsable des ressources humaines cite 4 point primordiaux : « Prenez du temps pour les échanges vidéo, allumez vos caméras, ouvrez les questions, les retours, et faites en sorte de sélectionner les bons outils de communication, qu’il soit question d’email, de messageries texte, etc. »

Sensibiliser le management et nouveaux les télétravailleurs

L’intégration du télétravail passe aussi par une sensibilisation des équipes de management à la question de l’encadrement. En première ligne lors de la mise en place du télétravail, les managers doivent profiter de cette opportunité pour embrasser une formation de télémanager. Organiser le travail à distance implique d’adapter la manière de gérer les équipes. Parmi les points importants à évoquer avec le management se trouvent la question de la maîtrise du temps et la séparation entre la vie professionnelle et la vie perso. Il est également primordial de préserver l’égalité des droits entre les salariés. Pas question d’avantager ou de pénaliser d’une façon ou d’une autre les télétravailleurs, sous peine de voir se briser la cohésion des équipes.

Un bon encadrement du télétravail permettra aussi d’éviter le syndrome d’isolement des télétravailleurs. Un mal souvent sous-estimé mais bien réel. La première chose à faire sera d’établir certaines règles. Le télétravailleur devra par exemple se voir imposer un certain cadre, fait de dates d’échéances, d’horaires, évitant le brouillage des lignes. Recommander, sans l’imposer, le travail dans un espace de coworking, est un excellent remède contre l’isolement. Ces lieux structurés accueillant des profils hétéroclites peuvent même aider à insuffler une dynamique au sein des équipes revigorées par le changement. Définir des jours fixes de télétravail et des jours de réunion (à distance ou en présentiel) permet de maintenir une certaine organisation.

Mise en place d’une phase d’expérimentation

Une fois les objectifs clairement définis, l’équipe projet devra établir un calendrier des phases menant à la mise en œuvre du projet. La première étape prendra la forme d’une phase d’expérimentation, permettant aux salariés volontaires de tester la formule, de remonter les éventuelles attentes et de revoir les objectifs. La mise en place de points réguliers facilitera le suivi de la démarche. En parallèle, il peut être nécessaire de mener une campagne de communication en interne, afin de sensibiliser les collaborateurs à l’expérimentation, avant un déploiement à plus grande échelle.

Les commentaires ne sont pas autorisés

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boîte mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :

© 2019 neufdixsept | Tous droits réservés | Mentions légales | Politique de confidentialité