En avril dernier, le géant WeWork annonçait le rachat de NakedHub, soit l’un des plus grands réseaux d’espaces de coworking en Chine.

La Chine, le nouvel eldorado du coworking ?

Et même si le leader mondial américain n’a pas souhaité communiquer sur le montant de l’investissement, tout porte à croire qu’il se situe aux alentours des 400 millions de dollars. Or, NakedHub n’est pas le leader du coworking. C’est son concurrent KrSpace qui occupe la pôle position de ce secteur qui est, en Chine comme partout dans la monde, en phase de concentration. De concentration et de croissance à l’international : UCommune, acteur majeur lui aussi et estimé actuellement à près de 2 milliards de dollars, a ouvert à Manhattan son premier espace ce printemps. Il ouvrira très vite de nouveaux lieux du côté de Los Angeles

Les rachats se succèdent, pour des sommes qui donnent la mesure de l’enjeu que représente le coworking dans un pays comme la Chine.

krspace

A quand le premier espace chinois en France ? Plus vite qu’on ne le croit !

Pourquoi le coworking aiguise t-il tant d’appétits là-bas ? Sans doute parce que le pays a fait de ce format d’immobilier la norme de l’hébergement de ses startups, et plus particulièrement celles que la stratégie de l’Etat chinois accélère pour passer d’usine du monde à fabrique à startups. Elles partent d’ailleurs à la conquête du monde, et les acteurs du coworking français auraient tout intérêt à rapidement s’y intéresser.

Là aussi, les chiffres annoncés, à l’échelle du pays et de sa croissance, donnent le tournis. Les géants chinois de l’immobilier d’entreprises ne s’y trompent pas, et se tournent massivement vers ce nouveau format en pleine ébullition. Une étude récente de la chambre de l’immobilier Chinois indique que 30 acteurs du coworking devraient d’ici 2030 occuper près de 70% du marché du coworking en Chine. Un marché qui, selon cette étude, devrait peser plus de 15 milliards de dollars alors.

Cette étude prédit également que si le modèle économique de ces espaces porte encore aujourd’hui principalement sur la location de mètres carrés, elle verra augmenter rapidement la part représentée par les services aux entreprises hébergées : mises en relation, formations, financements, innovation, etc. Les orientations et spécialisations des acteurs commencent déjà à s’affirmer.

Par exemple, chez l’opérateur chinois du coworking Krspace, un espace de 5000 m2 est géré/animé par une équipe de trois collaborateurs, comme l’explique Liu Chengcheng, le fondateur de cette nouvelle licorne. Et ce alors que de nombreux concurrents de l’entité vont réclamer les services d’une équipe de 5 à 6 collaborateurs pour la même surface.

La Chine représente un eldorado pour le secteur, mais également et surtout un véritable Laboratoire pour les professionnels de l’immobilier d’entreprises, tant le future of work et ses nouveaux outils (intelligence artificielle, robotisation, coworking, etc.) y sont les bienvenus. Une politique aux antipodes de celle appliquée en Europe, dans sa majorité.

A l’automne, neufdixsept vous proposera de faire un point en profondeur sur ce marché bouillonnant. Notre équipe se rendra sur place, à Shanghaï, afin de rencontrer les acteurs de cette nouvelle révolution pacifique.