Tous les 2 ans depuis 10 ans, Actineo, l’observatoire de la qualité de vie au travail, publie son Baromètre qui « qui décrypte, analyse et mesure l’évolution des modes de vie des Français au travail ». S’appuyant sur une décennie d’observation, cette étude s’intéresse cette fois plus particulièrement au nouveau nomadisme des salariés.

L’espace de travail, enjeu majeur pour les entreprises

Réalisée sous la direction scientifique d’Alain d’Iribarne, chercheur au CNRS et président du Conseil scientifique d’Actineo, cette nouvelle enquête menée du 4 au 15 février 2019 auprès de 1 218 actifs occupés français travaillant dans un bureau apporte son lot d’enseignements. Et ce parce qu’elle s’intéresse à un secteur en pleine mutation : l’espace de travail, devenu un véritable enjeu pour les entreprises. D’ailleurs, d’entrée, le ton est donné : 72% des sondés travaillent dans un bureau tous les jours. Une donnée paradoxale, puisque 50% des personnes interrogées (+5 points par rapport à 2017) avouent ne pas voir d’inconvénient à ne plus avoir de bureau attribué, du moment qu’elles ont accès à un espace de travail avec tous les outils nécessaires.

L’ouverture croissante à l’hypothèse du sans bureau fixe est palpable. Un constat qui laisse présager d’une diffusion rapide de ce nouveau format, moyennant tout de même une reconfiguration de l’espace de travail de l’entreprise. Traduire cette ouverture en choix de l’open space serait une erreur. Ce dernier n’a d’ailleurs plus la cote : 66% des sondés travaillent dans un bureau fermé, contre 34% dans un espace collectif ouvert. Paradoxalement, à l’heure actuelle, le flex office ne concerne que 14% des actifs français.

Une tendance vers le nomadisme qui s’accélère

A la question « Pratiquez-vous le télétravail ? (travail à distance, dans les mêmes conditions) », 29% répondent par l’affirmative. Un quart d’actifs travaillant dans un bureau pourrait d’ailleurs opter pour une solution « tout télétravail » si elle leur était proposée.

On retrouve cette tendance du travail nomade dans l’explosion de l’usage de ces lieux « tiers », c’est à dire ni à la maison, ni dans l’entreprise : espaces de coworking, incubateurs ou fab labs. Désormais, plus de la moitié des actifs ont l’occasion de travailler hors des locaux de leur entreprise (53%, soit 5% de plus qu’en 2017). 30% des sondés (dont 50% parmi les cadres intermédiaires) se rangent dans la catégorie des travailleurs nomades, c’est à dire qui travaillent au moins plusieurs fois par semaine hors des locaux de leur entreprise, dans les lieux comme les transports en commun, les espaces voyageurs, les hôtels, les restaurants et cafés, les bibliothèques, etc.

Le nomadisme se diffuse, à la faveur de la facilitation d’accès en mobilité aux outils de l’entreprise. Il se diffuse, y compris dans les locaux mêmes de l’entreprise. Pour faire le focus sur les espaces de coworking, qui se multiplient sur le territoire (y compris en ruralité), ceux-là voient arriver de plus en plus de télétravailleurs. Ils sont 38% à déclarer y travailler quelque fois, avec une progression de 7% depuis 2017 et de 28% depuis 2015 ! Jusqu’alors globalement occupée par une communauté de freelances et autres entrepreneurs indépendants, il s’agit de la formule qui croit le plus dans l’étude. L’usage régulier de l’espace de coworking ne concerne cependant encore que 14% des sondés.

Les Millennials en quête de liberté

L’étude nous gratifie également d’un focus non négligeable sur les Millennials (18-29 ans), qui s’il n’apporte pas de surprise importante n’en souligne pas moins un appétit pour la mobilité, l’usage des espaces de coworking et une ouverture au sans bureau fixe. En chiffre, 61% sont utilisateurs de tiers-lieux (contre 39% pour l’ensemble des actifs travaillant dans un bureau). 47% sont des travailleurs nomades réguliers (contre 30%), tandis que 39% pratiquent le télétravail (contre 29%). Liberté et plus grande autonomie sont les deux facteurs les plus plébiscités. 35% des Millennials interrogés aimeraient pouvoir en priorité choisir librement leur lieu de travail. 33% ressentent une frustration à ne pas pouvoir s’organiser plus librement. Or les Millennials intègrent, et plus encore demain, les entreprises de façon massive. Et ce à la faveur des départs des baby boomers. Le profil des actifs va donc accélérer une mue déjà largement engagée.

L’urgence pour les entreprises de repenser leur stratégie espaces de travail

Avis aux entreprises qui peinent à recruter ou à conserver leurs nouveaux collaborateurs : le poste de travail, deuxième coût après les salaires, fait office de champ idéal pour faire progresser l’entreprise. Aménager des espaces plus agréables à vivre, à travailler et à collaborer au sein de l’entreprise, mettre en oeuvre une stratégie de travail en mobilité, repenser l’organisation plus responsabilisante : autant de pistes que ce rapport suggère en filigrane.

La seconde édition des neufdixsept du Future of Work prendra place le 6 Juin 2019, à Paris. Il y sera à nouveau question de défricher les problématiques engendrées par le futur du travail dans son ensemble, avec un focus fort sur l’espace de travail : stratégie gagnante du flex office, coworking et entreprise, etc. Programme, informations et inscription gratuite .